Questions fréquemment posées

Catégorie
Mots clés
Tri par

Votre recherche a donné 147 résultats. Page 2 de 15

Oui. Les voici : 

  • Travail avec le public (réceptionnistes, travailleurs du commerce de détail)
  • Manutention d’argent comptant, d’objets de valeur ou de médicaments (caissiers, pharmaciens)
  • Tenue d’inspections ou application des règlements (agents de santé et de sécurité, agents d’application de règlements municipaux)
  • Travail avec des personnes instables (services sociaux, soins de santé, justice pénale)
  • Prestation de services, soins, conseils ou formation (soins de santé, enseignement)
  • Travail dans des établissements où l’on sert des boissons alcoolisées (service aux tables)
  • Lieux de travail mobiles (chauffeurs de taxi, transport en commun) 

De plus, le risque de violence peut être plus grand à certaines heures du jour ou de la nuit, ou à certains temps de l’année, par exemple : 

  • Tard le soir et aux petites heures du matin
  • Au temps des déclarations aux fins d’impôts
  • Aux dates d’interruption de services publics en raison de non-paiement
  • Au temps des Fêtes
  • Aux jours de paye
  • Au temps des évaluations du rendement
  • Au temps des bulletins et des rencontres avec les parents

Date : Le 15 février 2019
  • La violence et le harcèlement ont un effet sur la sécurité et la sécurité des employés, des clients et des propriétaires d’entreprises.
  • La violence et le harcèlement ont un coût personnel élevé du point de vue du stress émotionnel et des blessures physiques que ressentent les victimes, leur famille et leurs collègues.
  • Elles coûtent également cher aux employeurs.

Date : Le 15 février 2019

La réglementation est conçue pour prévenir les effets de la violence sur les employés. Elle ne change pas la manière dont les agents de la paix devraient réagir aux actes de violence criminels. Par conséquent, si un acte de violence au travail semble être de nature criminelle (agression physique), les organismes chargés de l’application de la loi devront intervenir.


Date : Le 15 février 2019

Lorsque vous vous blessez au travail, Travail sécuritaire NB est là pour vous aider à retourner au travail et à vous sentir vous-même. Nous pouvons offrir une protection contre les accidents du travail et prendre des mesures pour que vous receviez des traitements. 

En cas de violence ou de harcèlement en milieu de travail, Travail sécuritaire NB peut offrir des prestations d’indemnisation à un employé lorsque l’incident a mené à une blessure ou à une maladie qui peut être diagnostiquée. Dans le cas de la violence, la blessure peut être physique, mais dans le cas du harcèlement, elle peut être psychologique. Une indemnisation peut être offerte pour des blessures psychologiques lorsqu’elles répondent aux critères d’un événement traumatique, qu’on définit comme le fait de vivre une ou plusieurs des situations suivantes : 

  • Mort
  • Menace de mort
  • Blessure grave ou menace de blessure grave
  • Violence sexuelle ou menace de violence sexuelle

Date : Le 15 février 2019

Tous les employeurs de la province, peu importe la taille de leur entreprise ou la nature de leur travail, sont tenus de prendre les deux mesures suivantes :

  • élaborer et appliquer un code de directives pratiques en matière de harcèlement en milieu de travail;
  • mener et documenter une évaluation du risque pour la violence à leur lieu de travail. À titre de petit employeur, selon les résultats de l’évaluation du risque, vous pourriez devoir appliquer un code de directives pratiques en matière de violence en milieu de travail. 

Si vous n’offrez pas les services précisés* dans la réglementation et employez moins de 20 travailleurs de façon habituelle dans la province, vous devez quand même effectuer une évaluation du risque pour la violence à votre lieu de travail. Si l’évaluation du risque révèle qu’il y a un risque de violence, vous devez établir un code de directives pratiques en matière de violence.

 *Services précisés :

  • Le gouvernement et les tiers fournisseurs de services sous contrat pour le gouvernement
  • Les fournisseurs de soins de santé
  • Les services vétérinaires
  • Les pharmacies
  • Les fournisseurs de services éducatifs et de garde d’enfants
  • La police et les premiers intervenants
  • Les services de sécurité
  • Les services de détail
  • Les services de livraison
  • Les fournisseurs de services financiers
  • Les ventes d’alcool et de cannabis
  • Les taxis et le transport public
  • Les jeux de hasard
  • Les services de soutien à domicile
  • Les fournisseurs de services de counseling en cas de crise et de services d’intervention

 


Date : Le 15 février 2019

Comme pour toutes les nouvelles lois, Travail sécuritaire NB fait appel à une approche par étapes en matière de conformité et d’application. Les agents de santé et de sécurité peuvent, à leur discrétion, donner un ordre et sont invités à le faire si cela est indiqué. Cela peut comprendre fixer une date avant laquelle l’employeur doit se conformer à l’ordre (ou aux ordres, s’il y en a plusieurs); en ce faisant, l’agent tiendra compte de l’ampleur des travaux qui doivent être faits pour que l’employeur puisse se conformer. Tout ordre peut être porté en appel devant l’agent principal de contrôle dans les 14 jours après qu’il a été donné. La décision de l’agent principal de contrôle peut être portée en appel devant le Tribunal d’appel des accidents au travail.


Date : Le 15 février 2019

Pour les industries comme l’industrie de la construction, où des travaux peuvent être effectués à divers endroits, l’employeur peut élaborer une évaluation du risque et un code de directives pratiques génériques qui s’appliquent à la plupart des projets. Une fois sur le chantier, il peut examiner l’évaluation du risque et la modifier au besoin, en consultation avec le comité mixte d’hygiène et de sécurité, le délégué à l’hygiène et à la sécurité ou les employés, et modifier le code de directives pratiques générique s’il le faut.  


Date : Le 15 février 2019

Les renseignements suivants peuvent aider à assurer l’usage sécuritaire des radiateurs portatifs à votre lieu de travail :

  • Le cordon électrique d’un radiateur portatif ne doit pas être usé ou endommagé. Toutes les fiches électriques doivent être un bon état d’entretien.
  • Un radiateur portatif doit être muni d’un mécanisme qui assure que l’appareil se ferme automatiquement s’il bascule.
  • Un radiateur portatif doit être branché directement dans une prise de courant. Ne pas utiliser de rallonge.
  • L’appareil doit être fermé et débranché lorsqu’il n’est pas en usage et à la fin de chaque journée.
  • L’appareil doit être inspecté fréquemment et avant chaque usage.
  • Lorsqu’il est déterminé qu’un appareil est en mauvais état de fonctionnement ou endommagé, ou qu’il n’est pas bien utilisé, ce dernier devrait être fermé et débranché, et le problème devrait être signalé au superviseur.
  • L’appareil doit être d’une distance d’au moins 3 pi de tout matériel combustible (rideaux, papier, tissus, etc.) et dans un endroit bien ventilé.
  • Un radiateur portatif ne devrait pas être utilisé comme moyen de chauffage permanent.
  • Il ne faut pas placer un radiateur portatif à des endroits où il pourrait poser un danger de trébuchement.
  • Les travailleurs ne devraient utiliser que des appareils approuvés.
  • Ne pas utiliser les radiateurs portatifs dans des endroits humides.
  • Suivre les spécifications du fabricant.
  • Assurer que tous les travailleurs comprennent votre politique.

Ces renseignements peuvent vous aider à élaborer une politique écrite au sujet des radiateurs portatifs à votre lieu de travail. Vous pouvez ajouter toute information à votre politique que vous jugez nécessaire. La liste qui précède n’est pas exhaustive. Vous devriez demander la participation de votre comité mixte d’hygiène et de sécurité, s’il en est, à des fins d’élaboration d’une politique à ce sujet.


Date : Le 8 janvier 2019

Un travailleur embauché comme entrepreneur indépendant n’a droit à de l’aide médicale ou à des prestations que s’il achète une protection facultative comme personne qui travaille à son compte.     


Date : Le 21 novembre 2018

Les alarmes de recul actuelles comportent des limites quant au bruit, au repérage et au risque de dommages auditifs. Les alarmes à bruit blanc éliminent beaucoup de ces inquiétudes. Vous pouvez consulter la section de notre site Web qui traite des différences entres les alarmes pour voir des exemples et en apprendre plus sur la nouvelle technologie.


Date : Le 19 septembre 2018

Page 2 de 15

Abonnez-vous à Cybernouvelles