Ventilation et circulation de l’air

Prévenez la propagation des maladies transmissibles

Selon les experts en santé publique, on peut minimiser la propagation des maladies transmissibles en déplaçant les activités à l’extérieur lorsque cela est possible. Pour les activités à l’intérieur, vous pouvez améliorer la qualité de l’air intérieur en introduisant de l’air extérieur, ce qui aidera à éliminer et à diluer les polluants qui s’accumulent naturellement à l’intérieur, en particulier dans les bâtiments bien étanches.

Questions fréquemment posées

À l’heure actuelle, rien n’indique qu’un système de ventilation d’un bâtiment, s’il est en bon état de fonctionnement, contribue à la propagation des maladies transmissibles.

L’employeur doit s’assurer que chaque lieu de travail est convenablement aéré au moyen d’une ventilation mécanique conformément à la norme ASHRAE 62-1989, « Ventilation for Acceptable Indoor Air Quality ». Voir l’alinéa 20(1)b) du Règlement général 91-191.

Assurez-vous que l’entretien préventif est effectué conformément aux exigences du fabricant (par exemple, remplacement des filtres et inspection des éléments critiques à intervalles réguliers).

Veillez à ce que le système soit bien équilibré. Vérifiez qu’il est conforme à ses critères de conception en matière de circulation d’air, de température, de chute de pression, de bruit et de vibrations.

Si vous utilisez des ventilateurs ou des appareils de climatisation portables, assurez-vous qu’ils sont installés de manière à éviter de souffler l’air directement de la zone de respiration d’une personne vers les autres occupants de la pièce. Évitez le déplacement horizontal d’air. Installez plutôt les appareils de manière à ce que l’air se déplace du plafond vers le bas.

Réduisez la recirculation de l’air et augmentez autant que possible l’entrée d’air extérieur tout en maintenant une température et une humidité intérieures confortables. Assurez-vous que les clapets d’air extérieur fonctionnent bien.

Ne fermez pas le système de ventilation lorsque des travailleurs se trouvent dans le bâtiment. Réduisez-en la puissance plutôt que de le fermer après les heures de travail ou pendant les fins de semaine.

Les travailleurs qui utilisent des véhicules d’entreprise doivent régler les bouches d’aération ou les commandes de climatisation pour permettre l’entrée de l’air extérieur. Ne réglez pas les bouches d’aération de façon à faire recirculer l’air.

Laissez les fenêtres partiellement ouvertes pour laisser entrer le plus d’air extérieur possible dans le véhicule.

Si le bâtiment a été vacant pendant une longue période, assurez-vous que votre système fasse l’objet d’une inspection en profondeur avant d’être remis en service. Consultez les spécifications du fabricant pour connaître les exigences en matière d’inspection. Si le système de votre bâtiment comprend une tour de refroidissement, vous devez évaluer le risque de contamination par la maladie du légionnaire et désinfecter votre système conformément aux exigences du fabricant.

Les travailleurs chargés de l’entretien des systèmes de chauffage, de ventilation et de conditionnement d'air doivent suivre les procédures de travail sécuritaires habituelles, y compris porter l’équipement de protection individuelle qu’on utilise habituellement pour effectuer l’entretien. Il n’est pas nécessaire de procéder à une désinfection ou à un nettoyage particulier du système lorsque les procédures de travail sécuritaires habituelles sont suivies.

L’employeur doit s’assurer que chaque lieu de travail est convenablement aéré au moyen d’une ventilation naturelle qui permet l’introduction d’air de l’extérieur par des ouvertures ayant une surface totale équivalant à au moins 5 % de la surface de plancher. Voir l’alinéa 20(1)a) du Règlement général 91-191.

Lorsque la Santé publique le conseille, affichez le nombre limite de personnes permises sur les lieux pour qu’on puisse maintenir une distance adéquate des autres dans chaque pièce. Veillez à ce qu’il n’y ait pas un nombre excessif de personnes sur les lieux.

Les appareils de purification de l’air munis d’un filtre à haute efficacité pour les particules d’air (HEPA) réduisent les particules dans l’air. Vous pouvez les utiliser dans les pièces où la circulation d’air est mauvaise.

Travail sécuritaire NB recommande que les lieux de travail accroissent ou maximisent leur système de ventilation existant comme première étape afin de maîtriser la transmission de la COVID-19. Les systèmes de ventilation doivent assurer qu’il y a suffisamment d’air frais pour maintenir un niveau de concentration de polluants assez bas afin de satisfaire à la norme ASHRAE 62-1989, « Ventilation for Acceptable Indoor Air Quality ». Un système de ventilation mécanique qui est bien conçu, utilisé et entretenu (en combinaison avec des politiques qui empêchent les personnes qui présentent des symptômes de se présenter au travail) constitue la mesure la plus efficace pour maîtriser le risque de transmission de la COVID-19.

Pour ce qui est des lieux de travail qui n’ont pas de système de ventilation mécanique, Travail sécuritaire NB exige l’utilisation d’une ventilation naturelle en gardant les fenêtres ou les portes ouvertes pour qu’il y ait suffisamment d’air frais qui entre dans le lieu de travail afin de satisfaire aux critères établis dans la norme ASHRAE. Nous comprenons que des portes et des fenêtres ouvertes pourraient entraîner des problèmes additionnels au lieu de travail, surtout par temps froid, et qu’il ne sera peut-être pas possible de se conformer à l’exigence tout au long de la journée. Cependant, le risque de transmission de la COVID-19 sera plus élevé si vous ne laissez pas assez d’air frais entrer dans l’édifice pour réduire la concentration de polluants.

Une autre option qui pourrait réduire le risque d’exposition est la combinaison de portes et de fenêtres ouvertes de façon intermittente et de l’utilisation de filtres HEPA. Chaque lieu de travail doit effectuer une évaluation afin de déterminer pendant combien de temps les portes et les fenêtres devraient rester ouvertes au cours de chaque heure, et combien de filtres sont nécessaires pour éliminer les polluants.

D’après l’Agence de la santé publique du Canada, il a été démontré que les appareils de filtration portables à haute efficacité munis d’un filtre HEPA réduisent la concentration de certains virus de l’air. L’usage de ces appareils pourrait être considéré comme une protection additionnelle dans les situations où il n’est pas possible d’améliorer la ventilation naturelle ou mécanique, et où on peut assurer l’éloignement physique.

Il est important de prendre note que l’efficacité des appareils de filtration d’air portables afin de réduire la transmission du virus SRAS-CoV-2 n’a pas encore été démontrée. Ces appareils ne devraient donc pas être utilisés seuls ou remplacer une ventilation adéquate, l’éloignement physique et des mesures d’hygiène. Dans la mesure du possible, il faudrait utiliser un autre espace ou de préférence, se réunir dehors lorsque vous aurez à interagir avec des personnes qui ne font pas partie de votre ménage.

Pour choisir le bon appareil de filtration d’air, il importe de consulter un professionnel d’expérience qui :

  • vous aidera à déterminer vos besoins en matière de ventilation;
  • expliquera les étapes à suivre pour l’entretien approprié;
  • assurer que le débit d’air pur de l’appareil est assez élevé et que l’appareil est bien installé.

Assurez que l’air que l’appareil dégage ne souffle directement vers des personnes puisqu’il peut augmenter la transmission de gouttelettes.


Consultez également les documents suivants :

 

Abonnez-vous à Cybernouvelles