Leadership en sécurité - Article 2

Le 14 mars 2018

Safety Leadership Series Header Web FR Copy

Nancy _headshotLa directrice adjointe du Leadership en sécurité de Travail sécuritaire NB, Nancy Boutcher, s’arrête pour réfléchir à  l’écart entre la conformité en matière de santé et de sécurité et une culture de sécurité positive.

Dans la première partie de notre série sur le leadership en sécurité, j’ai parlé du rôle des leaders dans la création d’une culture de sécurité positive. Les leaders au sein de tout organisme doivent comprendre et exploiter l’influence qu’ils ont pour favoriser un lieu de travail sécuritaire qui assure :

  • que les membres de l’équipe offrent volontiers des commentaires sur la santé et la sécurité;
  • que les comportements positifs sont renforcés;
  • que les comportements dangereux sont corrigés;
  • que les membres de l’équipe se sentent soutenus, estimés et protégés.

Tous ces éléments d’un lieu de travail sécuritaire ont une chose en commun : la confiance.

C’est un mot qui a tellement de poids au sein des équipes, des relations et d’organismes. Pensez à une personne en qui vous n’avez pas confiance. Êtes-vous disposé à communiquer avec elle? Êtes-vous porté à mettre de l’importance sur son avis ou à suivre son exemple? Probablement que non. Pensez maintenant à une personne en qui vous avez beaucoup de confiance. C’est différent, n’est-ce pas? Vous voulez son avis. Vous n’avez aucun problème à travailler avec elle ou pour elle.

Lorsque nous appliquons ce concept à la santé et à la sécurité, la confiance est l’élément clé. Les inquiétudes en matière de sécurité ne seront soulignées et les commentaires ne seront acceptés que s’il existe une relation de confiance entre le leader et les membres de son équipe. La confiance favorise une relation collaborative et bienveillante qui fait en sorte que les personnes travaillent ensemble pour prévenir les blessures et promouvoir la santé pour tous.

Comment établir la confiance?

Il y a des façons très simples d’établir ou de détruire la confiance. Un leader fait de petites choses tous les jours, parfois sans s’en rendre compte, qui permettent d’établir ou de détruire la confiance. Je tiens à souligner deux facteurs importants essentiels à l’établissement de la confiance, soit la crédibilité et la fiabilité.

Crédibilité : Savoir de quoi vous parlez et ce que vous ne savez pas

Lorsque nous pensons à une personne crédible, il s’agit habituellement d’une personne qui sait de quoi elle parle. Vous pouvez la croire. Un leader en sécurité crédible sait de quoi il parle. Tout aussi important, un leader en sécurité crédible sait quant il ne sait pas de quoi il parle. Il se renseignera auprès des bonnes personnes. Pour ce qui est de la santé et de la sécurité, les bonnes personnes sont habituellement les membres de l’équipe qui font le travail. Ces employés connaissent les risques et les dangers auxquels ils font face tous les jours. Ils ont également des solutions. Lorsqu’un leader en sécurité crédible n’a pas toutes les solutions, il est suffisamment à l’aise pour les obtenir des personnes qui les ont.

Fiabilité : Une question de suivi

Une personne fait-elle ce qu’elle dit qu’elle fera? Lorsqu’une inquiétude en matière de sécurité est soulevée, un leader assure-t-il un suivi pour aborder le problème? Il est également important de revenir à l’équipe pour lui faire savoir ce qui a été fait ou sera fait, ou pour expliquer pourquoi une autre mesure pourrait être prise.

Si la confiance n’est pas là, elle peut être établie dans le contexte de la santé et de la sécurité. Le simple fait de demander des commentaires de votre équipe, d’agir lorsque vous dites que vous agirez et d’assurer un suivi peut vous aider. Les membres de notre équipe ne constatent que nos gestes et non pas nos intentions. Dans toute relation, ce sont les gestes qui inspirent la confiance.

 

Ressources pour les médias
Demandes de renseignements des médias

Abonnez-vous à Cybernouvelles

Apprenez les dernières nouvelles en matière de santé et de sécurité.