Appels sans frais au Canada 1 800 222-9775   |   English


Accueil    Version imprimable

Les jeunes sont plus susceptibles de subir une blessure au travail

À la fin de l’année scolaire, des milliers de jeunes Néo-Brunswickois commenceront un emploi d’été.

Pour de nombreux d’entre eux, c’est une étape importante : leur première présence dans le monde du travail, leur premier patron et leur premier chèque de paie. Ce qui devrait être une expérience positive ne l’est malheureusement pas pour tous. 

L’an dernier, 1 080 jeunes Néo-Brunswickois âgés entre 15 et 24 ans ont subi une blessure au travail. Un total de 548 ont même dû s’absenter du travail en raison de leur blessure. 

« Les jeunes peuvent être de très bons employés, mais ils sont particulièrement susceptibles de subir une blessure au travail », a indiqué le président et chef de la direction de Travail sécuritaire NB, Gerard Adams. « Ils se retrouvent souvent dans un nouvel environnement et n’ont pas toujours assez de confiance pour signaler une situation dangereuse. » 

Tous les travailleurs, y compris les étudiants d’été, ont trois droits fondamentaux :

  • Le droit de connaître les dangers liés à l’emploi et de recevoir une orientation en matière de santé et de sécurité, ainsi qu’une formation en sécurité propre au travail
  • Le droit de participer aux activités de santé et de sécurité
  • Le droit de refuser d’effectuer un travail dangereux 

lifeguard

Les jeunes travailleurs qui commencent un nouvel emploi devraient se poser les questions suivantes :

  • Est-ce que je recevrai une orientation en matière de santé et de sécurité, et une formation en sécurité propre au travail?
  • Qui me surveille pour s’assurer que je fais le travail en toute sécurité?
  • M’informera-t-on sur la façon de bien utiliser les appareils et les machines? Y a-t-il des protecteurs sur les machines pour me protéger?
  • Saurai-je ce que je dois faire si une urgence survient?
  • M’a-t-on informé de tous les dangers au travail et est-ce que je sais comment me protéger?
  • Est-ce que je travaille avec des matières dangereuses ou des produits chimiques? Si oui, ai-je reçu une formation adéquate sur leur manipulation sécuritaire?
  • Dois-je porter de l’équipement de protection (par exemple des gants, un casque de protection ou des lunettes de sécurité)?
  • Est-ce que je risque de glisser, de trébucher, de tomber ou de soulever des objets trop lourds? Si oui, comment puis-je réduire ces risques?
  • Est-ce que je travaillerai à partir de hauteurs? Si oui, des échelles sécuritaires ou des dispositifs de protection contre les chutes sont-ils fournis?
  • Avec qui dois-je parler de mes inquiétudes sur la sécurité, de conditions de travail dangereuses ou de blessures subies au travail? 

Les employeurs doivent :

  • fournir un lieu de travail sain et sécuritaire;
  • offrir une orientation en matière de santé et de sécurité, et former les travailleurs à reconnaître les dangers possibles au lieu de travail;
  • assurer que l’équipement de protection est disponible et que les travailleurs l’utilisent;
  • rectifier toute action ou condition dangereuse;
  • signaler tous les incidents. 

Les parents peuvent :

  • rappeler à leur enfant qu’il a des droits en tant que jeune travailleur;
  • poser des questions au sujet des types de tâches qu’il effectue au travail, de la supervision fournie et de la formation qu’il a reçue;
  • lui demander la façon dont il se sent quand il est au travail et s’il est confiant à l’égard de ses capacités au travail;
  • assurer qu’il a l’équipement de protection individuelle nécessaire pour son travail, que cet équipement est en bon état d’entretien, et qu’il le porte lorsqu’il quitte la maison pour se rendre au travail. 

« Si votre enfant commence un emploi d’été, parlez-lui de la sécurité au travail », suggère le président et chef de la direction de Travail sécuritaire NB, Gerard Adams. « Ne tenez pas pour acquis qu’il a tous les renseignements dont il a besoin pour être en sécurité. En aidant votre enfant à reconnaître l’importance de la sécurité quand il commence son premier emploi, vous l’aiderez à demeurer en sécurité au travail toute sa vie. » 

En général, le Nouveau-Brunswick devient un endroit plus sécuritaire où travailler. Le taux de blessures subies au travail a diminué de 10 % depuis 2010.

« Mais c’est toujours inacceptable », a précisé M. Adams. « Même un accident, c’est trop. » 

Pour obtenir plus de détails sur ce qui précède, communiquez avec la coordonnatrice des programmes à l’intention de la jeunesse de Travail sécuritaire NB, Jessica Brodie, au 1 800 222-9775.

Ressources

Pas de pitié : Conseils pour les élèves, y compris une liste de questions à poser

Renseignements à l’intention de nouveaux travailleurs : Faits importants à apporter au travail

Votre enfant est-il en sécurité au travail? : Questions à poser à votre enfant pour entamer la discussion

Qui est responsable? : Responsabilités de l’employeur et du salarié en vertu de la Loi sur l’hygiène et la sécurité au travail du Nouveau-Brunswick

Le droit de refuser un travail dangereux : Étapes à suivre pour refuser un travail dangereux

Liste de contrôle pour les nouveaux travailleurs : Questions à se poser avant de commencer à travailler

CCHST – Jeunes/nouveaux travailleurs : Portail (vidéos, balados et webinaires pour les jeunes travailleurs, les parents, les employeurs et les enseignants)







Twitter YouTube LinkIn




© Travail sécuritaire NB, 2017