English

DANGER-ALERTE

Les blessures d’origine électrique surviennent encore malgré tout ce que nous savons à leur sujet

Les risques électriques en milieu de travail qui continuent à entraîner blessures et mortalités sont d’ordinaire simples, évidents et bien connus. Alors, pourquoi de tels incidents continuent-ils à se produire?

L’électricité ne comporte généralement pas de risques. En effet, si l’on tient compte du fait que chacun d’entre nous est toujours entouré de fils et d’appareils électriques, il est possible d’affirmer qu’il y a peu d’accidents. Toutefois, une telle constatation ne peut certes pas réconforter les centaines de travailleurs blessés ou tués chaque année dans des incidents d’origine électrique.

Par conséquent, ce ne sont peut-être pas les risques électriques qu’il faut rappeler aux travailleurs, mais plutôt les comportements qui mènent au contact mortel. L’électricité impose le respect. En effet, le courant électrique, à la recherche d’une mise à la terre, se déplace dans un conducteur et opte pour le trajet ayant le moins de résistance. Le corps humain, composé d’environ 70 % d’eau, est ainsi un excellent conducteur d’électricité. Lorsque le corps d’une personne entre en contact avec un conducteur sous tension, ou conducteur actif, le courant électrique se sert de ce corps dans le but de faire une mise à la terre.

Au Nouveau-Brunswick, un accident électrique sérieux a entraîné de graves brûlures aux mains et au visage des électriciens en cause. En plus des blessures et des souffrances ressenties par ces travailleurs, il est à remarquer que les pertes directement attribuables aux incendies et au temps d’inactivité étaient également considérables.

Les travailleurs en question n’avaient pas dé-électrifié les panneaux et les circuits électriques sur lesquels ils travaillaient et, lors de l’électrocution, ils ont subi des brûlures par flash électrique. Deux de ces travailleurs étaient des compagnons électriciens et le troisième, un apprenti travaillant sous la surveillance d’un compagnon. Après l’accident, les enquêteurs ont déterminé ce qui suit :

  • L’apprenti manquait d’expérience et le compagnon n’assurait pas une surveillance adéquate.
  • Les travailleurs n’avaient pas une assez bonne connaissance de l’outillage d’essai ou encore ils s’en ont servi de façon imprudente.
  • Les électriciens ne portaient pas le matériel de protection individuelle qui s’impose dans le présent cas.
  • Il y a eu violation ou absence des procédures de verrouillage de sécurité et violation des règles du Code canadien de l’électricité régissant les travaux de réparation ou de modification des appareillages sous tension.

Les agents de santé et de sécurité de Travail sécuritaire NB recommandent les mesures suivantes :

  1. On ne doit procéder à aucune réparation ou modification d’un appareillage sous tension, sauf s’il n’est pas possible de déconnecter complètement cet appareillage. Règlement général 91-191, paragraphe 287.3(1); Code canadien de l’électricité, Première partie, section 2, règle 2-304 1)
  2. Il est interdit de travailler sur un appareillage sous tension, à moins d’utiliser l’équipement approprié tel que pinces isolantes, gants, bottes ou bottines de caoutchouc, tapis de caoutchouc ou tout autre moyen d’isolation approuvé. Cet équipement doit toujours être maintenu en très bon état. Règlement général 91-191, paragraphe 287.4(1); Code canadien de l’électricité, Première partie, section 2, règle 2-306
  3. Pendant que se poursuivent des travaux sur un appareillage électrique, on doit prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter que l’appareillage soit mis sous tension : mise sous clé des disjoncteurs ou des interrupteurs, panneaux d’avertissement, gardiens ou tout autre moyen aussi efficace pour empêcher la mise sous tension de l’appareillage. Règlement général 91-191, paragraphe 287.4(1); Code canadien de l’électricité, Première partie, section 2, règle 2-304 3)
1 800 222-9775