English

DANGER-ALERTE

Le verrouillage : Votre vie et votre intégrité physique en dépendent

Un travailleur a perdu la vie lorsqu’il a été écrasé par une déchiqueteuse. Quelqu’un a démarré le convoyeur au panneau de commande de l’opérateur après que le travailleur, qui effectuait des réparations sur la machine, est descendu dans le convoyeur pour prendre un outil.

Un travailleur a subi une amputation de deux doigts et d’une partie de sa main gauche lorsqu’un autre travailleur a démarré la scie où il enlevait des débris.

Un travailleur a reçu quatorze points de sutures à la main droite après qu’il a réactivé une machine à cintrer pendant qu’il changeait la matrice. La machine a été activée lorsqu’il a touché la pédale par accident et la matrice est descendue sur sa main droite.

Mesures de prévention recommandées

  1. Équipement : Les employeurs doivent s’assurer qu’une machine a un moyen d’isoler sa source d’énergie qui est bien indiqué, verrouillable et situé à un emplacement familier pour tous les salariés. L’employeur doit également fournir un verrou (cadenas) et une clé de sécurité aux salariés qui peuvent avoir à verrouiller la machine.
  2. Procédure : L’employeur doit établir une procédure écrite sur le verrouillage pour chaque machine qui doit être nettoyée, entretenue, mise au point ou réparée. Chaque procédure doit comprendre les exigences qui suivent :
    a) Aucun salarié ne peut travailler sur la machine avant qu’une personne compétente ne la mette au niveau d’énergie zéro (voir ‹‹ Niveau d’énergie zéro – Facteurs dont il faut tenir compte ›› ci-dessous).
    b) Chaque salarié qui travaille sur la machine doit : vérifier que toutes les sources potentielles d’énergie ont été rendues inopérantes; verrouiller la machine en utilisant le verrou et la clé de sécurité fournis par l’employeur; et mettre une étiquette sur le verrou.
    c) Seule la personne qui a installé une étiquette ou un dispositif de verrouillage sur une machine peut le retirer, à moins qu’il ne s’agisse d’une situation d’urgence ou qu’on n’ait pas réussi à communiquer avec la personne qui l’a premièrement installé.
  3. Formation : Les employeurs doivent s’assurer qu’un salarié qui peut avoir à verrouiller une machine a été convenablement entraîné à verrouiller la machine et qu’il comprend les dangers associés à cette tâche.
  4. Code de directives pratiques : Lorsque le verrouillage n’est pas approprié, l’employeur doit établir un code de directives pratiques en consultation avec le comité mixte d’hygiène et de sécurité ou le délégué à l’hygiène et à la sécurité afin d’effectuer les travaux en toute sécurité.

Niveau d’énergie zéro – Facteurs dont il faut tenir compte

Une procédure de verrouillage ou un code de directives pratiques ne doit pas seulement prendre en considération les sources d’énergie pour une machine donnée. Tout facteur qui pourrait faire la machine bouger spontanément ou subitement constitue un danger aux salariés, c’est-à-dire :

-les fluides et l’air pressurisés;
-l’énergie mécanique potentielle;
-les accumulateurs et les chambres d’équilibre d’air;
-l’énergie cinétique des pièces d’une machine;
-les pièces détachées ou détachables d’une machine;
-le matériel mobile ou les éléments à usiner qui sont supportés, retenus ou contrôlés par la machine qui pourraient se mouvoir ou faire bouger la machine.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le verrouillage, veuillez consulter les articles 239 et 240 du Règlement général 91-191 établi en vertu de la Loi sur l’hygiène et la sécurité au travail du Nouveau-Brunswick.

1 800 222-9775