English

Exposé sur la sécurité – 35

Protection contre les chutes

Équipement d’accès suspendu

L’équipement d’accès suspendu comprend les échafaudages volants, les cages et les sellettes.

La règle fondamentale est simple : il doit y avoir deux systèmes indépendants de support pour les travailleurs qui utilisent l’équipement.

Deux systèmes indépendants de support

Le système de suspension d’un échafaudage volant, d’une cage ou d’une sellette constitue un des systèmes indépendants de support. Il comprend habituellement ce qui suit :

  • des treuils d’échafaudage;
  • des câbles de suspension;
  • des poutres de suspension;
  • des tirants d’ancrage;
  • des ancrages;
  • des contrepoids.

Chaque travailleur doit être muni de dispositifs d’arrêt de chutes qui serviront de deuxième système indépendant de support. Ce système comprend :

  • un harnais de sécurité;
  • un cordon d’assujettissement;
  • une corde d’assurance;
  • un coulisseau de sécurité;
  • un ancrage.

Si le système de suspension fait défaut, le travailleur serait sauvé par le système d’arrêt de chutes.

On pourrait également utiliser un deuxième système de suspension dans le cas des échafaudages volants et des cages. Par exemple, sur un échafaudage volant, il pourrait y avoir quatre poutres de suspension au lieu de deux, quatre câbles de suspension au lieu de deux, et ainsi de suite. Si un système de suspension fait défaut, l’autre prendrait la relève. On se sert de ce système pour les échafaudages à plates-formes superposées.

Même si on a deux systèmes de suspension complets, on doit quand même porter un harnais de sécurité auquel sera fixé un cordon d’assujettissement. Dans ce cas, on s’attacherait à l’échafaudage volant.

Inspection des dispositifs de protection contre les chutes

[Cet exposé devrait comprendre une inspection manuelle de l’équipement.]

En dernier recours, votre système d’arrêt de chutes vous protégera. Assurez-vous qu’il fonctionne.

Vérifiez votre harnais de sécurité afin de vous assurer de ce qui suit :

  • il est approuvé par l’Association canadienne de normalisation;
  • ses courroies et ses attaches ne sont pas endommagées;
  • le cordon d’assujettissement est solidement attaché à l’anneau en D au moyen d’une épissure à oeil avec cosse de protection, d’un crochet à ressort verrouillable ou d’un mousqueton verrouillable, et le cordon d’assujettissement passe entre les omoplates;
  • le cordon d’assujettissement et les absorbeurs d’énergie ne sont pas endommagés.

Assurez-vous que le coulisseau d’arrêt est attaché en montant, qu’il fonctionne et qu’il est bien attaché à la corde d’assurance. Il ne doit pas y avoir de pièces endommagées ou de bords tranchants qui risqueraient de couper la corde d’assurance.

Votre cordon d’assujettissement devrait être solidement fixé au coulisseau d’arrêt au moyen d’un crochet à ressort verrouillable ou d’un mousqueton verrouillable afin de l’empêcher de se libérer accidentellement.

Votre corde d’assurance doit être de la taille et du genre précisés par le fabricant du coulisseau d’arrêt et ne doit pas être endommagée, usée ou en cours de détérioration. On devrait s’assurer qu’elle est protégée de tout frottement lorsqu’elle passe sur les coins ou les bords.

Au Nouveau-Brunswick, les dispositions régissant les dispositifs de protection contre les chutes et les plates-formes suspendues se trouvent dans le Règlement général 91-191 établi en vertu de la Loi sur l’hygiène et la sécurité au travail.

Code de directives pratiques et plan de sauvetage qui portent sur la protection contre les chutes

Votre employeur ou le propriétaire du bâtiment vous donneront des renseignements au sujet des points d’ancrage à utiliser. Si on doit utiliser des points d’ancrage permanents, le propriétaire du bâtiment doit fournir une preuve qui indique qu’ils sont sécuritaires, et qu’ils ont été inspectés et mis à l’essai.

L’entrepreneur ou l’employeur vous donnera les instructions nécessaires quant aux procédures de sauvetage à suivre au lieu de travail en ce qui a trait à la protection contre les chutes.

Dans certaines circonstances, un code de directives pratiques sera nécessaire pour votre lieu de travail. Votre employeur ou l’entrepreneur vous informera du code de directives pratiques de l’Association canadienne de normalisation.

1 800 222-9775